Haiti: Un 1er mai marqué par des activités officielles et revendicatives

BOCOZÈLE – Des activités officielles et revendicatives ont marqué le 1er mai, « Fête de l’agriculture et du travail » en Haïti.

Le gouvernement a profité de cette date pour démarrer une « Caravane du Changement », à Bocozèle, dans l’Artibonite (Nord).

Il s’agit d’un programme agricole de deux mois, qui devra permettre, entre autres, de curer environ 197 kilomètres de canaux d’irrigation et de construire 100 kilomètres de routes secondaires, pour un montant de 197 millions de gourdes.

Le président Jovenel Moïse, accompagné de son épouse et des membres du gouvernement, a procédé au lancement du programme, lors d’un rassemblement, en présence de parlementaires et d’élus locaux.

L’ambition affichée par le chef de l’État est une augmentation significative du rendement agricole pour faire face aux nécessités économique et alimentaire de la population.

Des organisations syndicales minimisent la portée de ce programme qu’elles qualifient de « promenade » dans l’Artibonite, alors que plusieurs dépenses considérées non productives ont été consenties depuis l’arrivée au pouvoir de Jovenel Moïse.

Lors d’une manifestation à la capitale, des centaines d’ouvriers et travailleurs ont dénoncé les mauvaises conditions de travail dans un dressent un contexte de crise socio-économique.

Tandis que l’inflation augmente (13%) et que la monnaie nationale (la Gourde) a perdu environ 60% de sa valeur en 3 ans, le salaire journalier des ouvriers demeure, depuis 2015, à 240 Gourdes, critique l’organisation Batay Ouvriye (Lutte Ouvrière).

Elle dénonce également les mauvaises conditions de travail, particulièrement dans les usines de sous-traitance.

De son coté, l’organisation Solidarité des femmes haitiennes (Sofa), a initié le 1er mai à Jérémie (Grand’Anse, Sud-ouest), une campagne pour réunir 30 millions d’arbre afin de reboiser le Sud et les autres zones dévastées par le cyclone Matthew en octobre 2016.

Une marche a été organisée, avec la participation de militants de divers mouvements sociaux, d’enseignants et d’élèves du primaire et du secondaire.
La Grand –Anse, jusqu’à cette catastrophe, a toujours été considérée comme étant le grenier d’Haïti en terme de production agricole, mais aussi comme représentative des rares réserves forestières du pays, souligne la Sofa.

La campagne doit impliquer les organisations féministes et de femmes, les organisations paysannes, les organisations de jeunes, celles des droits humains et toutes autres composantes du mouvement social haïtien, afin de restituer aux régions affectées leur patrimoine forestier et écologique.

CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS

Source/AlterPresse
Photo/Eric Auguste

Facebook Comments
Share
Share
Share