10 choses que vous ne savez pas sur Vivianne Gauthier

Décédée en sa résidence privée ce jeudi 1er juin, la doyenne de la danse traditionnelle haïtienne aurait un siècle en mars 2018.  

En ce moment où les hommages pleuvent sur la défunte Vivianne Gauthier, retour sur quelques pans de la vie légendaire de cette artiste qui a marqué l’histoire de la danse folklorique et de la culture haïtiennes.

1. Elle est l’ainée d’une fratrie de six : cinq filles et un garçon. Son père est le petit-fils du président Hyppolite. Sa mère, la petite-fille de Dabelmar Joseph, qui fut un grand juriste, un grand ministre plénipotentiaire et qui a pris part aux négociations concernant le tracé de la frontière haïtiano-dominicaine.

2. Elle aurait voulu pratiquer des métiers de terrain comme agronome, ingénieur ou marin. Le destin a voulu qu’elle atterrisse dans la danse.  «J’ai adoré danser, mais mes parents ne l’ont pas trop aimé», dit-elle, la rebelle. Ses parents l’ont averti que la danse n’était pas un véritable métier, qu’elle ne serait pas capable de gagner sa vie. L’aventure a commencé alors que Vivianne Gauthier n’avait que 19 ans.

3. Vivianne Gauthier est restée célibataire toute sa vie. « Si je me suis marié, je devrais rester à la maison, et je devrais m’occuper de tout ce qui se passe. Cela ne m’intéressait pas du tout » a-t-expliquée à Al jazzera, un media indien. « C’est l’une des raisons pour lesquelles je suis resté célibataire. J’aime commander les gens. J’aime commander. » Non plus, elle n’a jamais enfanté,  parce qu’elle a toujours considéré les enfants, qui font « trop de bruit »  comme la partie la plus difficile de son travail. Par contre, elle a trouvé en  ses élèves des enfants qu’elle n’a pas conçus.

4. Même si elle a dansé et enseigné les danses folkloriques pendant plus de 70 années, Vivianne Gauthier n’était pas adepte du vodou. «  Je suis catholique pratiquante. Mais je respecte les autres religions. Il n’y a pas de conflits de religion chez moi. Je refuse de diaboliser le vodou qui est une religion en harmonie avec la nature », a-t-elle confié à Ticket Magazine en 2008.

5. Elle a travaillé comme professeure de danse dans plusieurs établissements scolaires : 50 ans chez les sœurs du Sacré-Cœur, 21 ans à Saint-François d’Assise, 18 ans à Elie Dubois, 15 ans au Collège Immaculée Conception, 10 ans chez les Sœurs de la Sagesse. En dernière date, elle enseigné la danse à l’école Nationale des Arts.

6. Elle aura laissé l’enseignement au profit de l’entreprise d’État: la Loterie Nationale. Elle passera 21 ans au sein de cette entreprise mais continuera de consacrer fidèlement ses après-midi à la danse.

7. Selon Le Nouvelliste, Vivianne Gauthier a été la pionnière des émissions de culture physique sur fond musical à la télévision, à l’époque où l’aérobic était à la mode. Son programme était basé sur le Yavanlou.

8. Vivianne Gauthier a reçu plusieurs prix et distinctions de son vivant, en reconnaissance à ses travaux dans la danse en Haïti :  Chevalier et Officier de l’Ordre National du Travail par les présidents Duvalier, Honneurs et Remerciements de Vallue, Hommage du ministère de la Culture pour les 60 ans de vie artistique, Honneur et Mérite de la Nuit des Hommages de la TNH, Docteur Honoris Causa de l’Université Royale d’Haïti, Grande Personnalité du Théâtre par l’Unesco, etc.

9. Elle s’est aussi essayée au cinéma notamment dans le film « La Peur d’Aimer » de Réginald Lubin sorti en 2000. Dans ce long métrage, elle joue le rôle d’une grand-mère qui protège sa petite-fille enceinte prématurément et chassée de la maison des parents. En 2001, elle a monté avec Frédéric Surpris « 1804 » la toute première comédie musicale haïtienne sur scène montée avec vingt danseurs et danseuses, qui a nécessité des mois de création et de répétitions, des années à la recherche de financement, selon Ticket magazine.

10. Au soir de sa vie, « Vivianne souffrait d’Alzheimer et était de santé très critique. Elle ne mangeait plus, ne pouvait rien boire. Elle était, au fil du temps, fatiguée d’écouter le son du tambour », a révélé à Loop Haïti, Frantz Métayer qui a pris les rênes  l’Ecole de Danse Vivianne Gauthier. Vivianne Gauthier a rendu l’âme le jeudi 1er juin en sa résidence privée à la rue M., là où elle habite depuis 1932.

Sources combinées

Facebook Comments
Share
Share
Share