Clarens Renois, membre de l’opposition, prône le dialogue

Spread the love

Alors que des manifestants continuent de déambuler dans les rues, Clarens Renois, leader du parti politique UNIR et membre de l’opposition, a de son côté , fait choix du dialogue, dans le but de favoriser la stabilité dans le pays.

Dans une publication sur sa page Facebook : « Choisir le dialogue pour rechercher la stabilité », Clarens Renois, opte pour le dialogue. « Je suis dans l’opposition, mais j’ai fait le choix de dialoguer. Même dans la guerre on doit savoir parler à ses ennemis, à ses adversaires. » Lâche-t-il d’entrée de jeu.

Clarens Renois, dit avoir demandé au président Jovenel Moise, lors de leurs multiples rencontres, tenues au Palais national, de favoriser l’institutionnalisation de la vie politique avant le financement des partis politiques.

Le leader du parti politique UNIR a affirmé avoir soutenu l’idée d’aller au-delà de la loi sur le financement. Car à son avis, il faut éviter d’accorder un premier parti aux partisans de la violence et de la fraude pour gagner des élections.

«Je vais continuer à choisir le dialogue tant que le parti UNIR me fera confiance. Le dialogue c’est la voix qui nous permet d’atteindre la stabilité, de recouvrer notre souveraineté et d’arriver à la réconciliation. Toute autre route nous maintenez dans le chaos », prévient Clarens Renois.

«N’ayons pas peur de nous parler entre Haïtiennes et Haïtiens! N’ayons pas peur de faire la paix entre nous, la paix des braves! Nous devons nous inspirer des exemples africains », enseigne-t-il, se référant aux mouvements de la guérilla de la Colombie, qui selon lui, viens de nous offrir une belle leçon de courage en déposant les armes.

Ce dernier a également évoqué le geste des frères ennemis palestiniens du Hamas et du Fatah venant de signer un pacte leur permettant de gouverner ensemble. Cependant, pour Clarens Renois, le dialogue reste risqué, vu l’insécurité qui ronge le pays.