Haïti-Économie : Des Douaniers observent un arrêt de travail provisoire ce Jeudi

Spread the love

Port-au-Prince, le Jeudi 05 Octobre 2017.-Des douaniers haïtiens observent, ce jeudi 5 octobre 2017, une journée de grève d’avertissement, à la douane de Port-au-Prince, afin de protester contre la non prise en charge de leurs revendications, confirme, l’un des reporters de 509ZONE,le porte-parole de l’Association des douaniers haïtiens (Adh), Michelson Nelson.

Il y aurait près d’une dizaine d’employés, qui seraient en grève.Celle-ci n’a aucune incidence sur le fonctionnement de la douane, conteste une source autorisée de l’Administration générale des douanes, jointe au téléphone par la rédaction de 509ZONE.
L’Adh avait lancé un ultimatum de 8 jours aux responsables des douanes, avant d’entamer un arrêt de travail provisoire, le 5 octobre 2017, au cas où leurs revendications ne seraient pas satisfaites.

Cet arrêt de travail survient après maintes tentatives infructueuses, auprès de responsables de l’Administration générale des douanes (Agd), du Ministère de l’économie et des finances (Mef), des commissions permanentes de l’économie et des finances dans les deux branches du parlement.

Les douaniers haïtiens réclament un statut particulier ainsi qu’un niveau de salaire, ajusté à 80%, afin de répondre, disent-ils, à la diminution accélérée de leur pouvoir d’achat.Le salaire actuel d’un agent douanier serait de 17 mille gourdes (Ndlr : US $ 1.00 = 64.00 gourdes ; 1 euro = 80.00 gourdes. 1 peso dominicain = 1.60 gourde aujourd’hui), au terme de son intégration, avec un niveau Baccalauréat (philo) et une formation initiale de 9 mois en législation douanière, indique l’Association des douaniers haïtiens.

Pour sa part, le personnel de soutien ne bénéficierait que d’ « un misérable salaire » de 11 mille 300 gourdes, déplore l’Adh, profitant pour rappeler les missions régaliennes de la douane : fiscale, économique et de protection.Depuis quelque temps, on assiste à une multiplication des arrêts de travail dans plusieurs secteurs ainsi que des mobilisations de rues dans le pays, notamment après le vote et la publication du budget 2017-2018 controversé, jugé défavorable aux couches défavorisées.
Source :Alterpresse