Godson Orelus, ex-DG PNH auditionné au Cabinet d’instruction

Spread the love

L’ancien directeur général de la police nationale d’Haïti, Godson Aurelus , accompagné de son avocat, Me Jean Eugène Pierre Louis, a été auditionné au cabinet d’instruction du tribunal de Première instance de Saint-Marc, le lundi 20 novembre 2017 dans le cadre de la découverte des cargaisons d’armes à feu et de munitions, le 8 septembre 2016, par les autorités douanières et de l’APN de Saint-Marc.

Sous un fort dispositif de sécurité des agents de la PNH du commissariat de Saint Marc, l’ex-DG de la PNH, qui a passé plus de trois ans à la tête de cette institution policière, très détendu dans son costume bleu, s’est vite rendu au bureau logeant le juge d’instruction, Me Lumerant Dieunel, pour être entendu dans le cadre du dossier enregistré au numéro LD0064.

Après l’audition qui a duré environ cinq heures, M. Aurelus, lors d’une conférence de presse, tenue au com­missariat de Saint-Marc, a fait savoir qu’il n’est pas inculpé, mais il a tout simplement répondu à l’invitation du juge d’instruction pour donner des informations sur des autorisations délivrées à des compagnies de sécu­rité et des particuliers.

Dans ses interventions, l’ancien di­recteur général de la PNH a rejeté d’un revers de main les allégations selon lesquelles, il serait de con­nivence avec le ou les trafiquants im­pliqué (s) dans l’importation de ces armes illégales, en provenance des États-Unis d’Amérique.

« Ce n’est pas Godson Aurelus qui a été invité au cabinet d’instruction du tri­bunal de Première instance de Saint- Marc, mais c’est l’ancien directeur général de la PNH dans le cadre de son travail, car le juge a voulu recueil­lir des informations nécessaires pour pouvoir aboutir à une conclusion de l’enquête entamée depuis plusieurs mois pour pouvoir aboutir à une con­clusion », a-t-il relaté.

L’ancien DG de la PNH qui n’a pas caché sa satisfaction après le déroule­ment de l’audition et se dit disponible à répondre à toute nouvelle invitation de la part du juge d’instruction pour pouvoir fournir des informations supplémentaires sur la saisine de ces armes, munitions et équipement de sécurité, effectuée le 8 septem­bre 2016. Dans le but, dit-il, de faire avancer ce dossier, car aucun fonc­tionnaire de l’État ne doit constituer un obstacle au bon fonctionnement de l’appareil judiciaire.

Signalons que selon des informa­tions recueillies auprès des autori­tés judiciaires, le juge d’instruction, Me Lumerant Dieunel, a déjà audi­tionné plusieurs personnalités dans le cadre de ce dossier, mais aucun mandat d’arrestation n’a pas encore été émis.

Nixon Deneus