Plus de 5 mille élèves haïtiens pourraient quitter l’école aux USA

Spread the love

Ils auraient bien voulu vivre le rêve américain, mais pour eux l’avenir est plus que jamais incertain. Ce, depuis que l’administration de Donald Trump a annoncé en novembre dernier la fin du programme Statut de Protection Temporaire (TPS), accordant un délai de 18 mois au 58 000 pour quitter le pays.

Ces milliers d’élèves haïtiens, nés de parents bénéficiaires de ce programme, fréquentant l’école aux USA, portent les conséquences de cette décision. Ils se retrouvent face à un choix difficile : rentrer en Haïti dans des conditions précaires et instables ou rester aux Etats-Unis loin de leur famille.

Alberto Carvalho, surintendant des écoles publiques du comté de Miami-Dade, lui-même immigrant, est témoin du traumatisme dont souffrent ces enfants. « La décision du gouvernement a bouleversé la vie de milliers d’étudiants et créé un climat de peur dans les écoles de Miami », a-t-il avoué, cité par le site 74 Million.

Il indique avoir enregistré 5 225 enfants haïtiens – le plus grand groupe- nés sous le TPS.  Pa seulement Haïti, environ 30 000 enfants scolarisés aux USA proviennent des familles de pays ayant bénéficié d’un statut temporaire parmi lesquels le Honduras (3956), Salvador (831), Nicaragua (1898), Syrie (32).

Bien avant l’annonce du département de sécurité intérieure, Christina Ponthieux, une fillette de 10 ans en cinquième année à l’école primaire Miami Shores a enregistré une vidéo sur YouTube à travers laquelle elle a supplié le président Donald Trump de  prendre une « décision intelligente, économique et humaine ».  Sa voix n’a peut-être pas été entendue par le milliardaire américain.