On a trouvé les têtes des cadavres déterrés à Torbeck,voici l’histoire

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Police nationale d’Haïti (PNH) a fini par trouver les têtes des deux cadavres décapités trouvés dimanche à Torbeck. Selon le Directeur départemental du sud de la PNH, Mario Aubergiste, il s’agit en effet de celles de Michelet Beauzile et de Julio Noradin, tous deux portés disparus depuis le 9 mars. Les têtes ont été expédiées à la morgue et trois des huit personnes arrêtées ont tour à tour avoué leur implication dans le dossier.

 

Le houngan Noel Phénold connu sous le nom de « Titi » a parlé. Son hounsi (adjoint) Acaro Chéry aussi, ainsi qu’un autre houngan appelé Charnal Pointdujour. Face aux questions de la Presse, les trois hommes s’accusent les uns les autres, mais avouent tous avoir une implication quelconque dans la mort des deux hommes.

Selon les dires du houngan Titi (Noel Phénold), c’est son adjoint, le hounsi Acko Chéry, qui a tué Michelet et Julio. Dans un langage pas trop clair, il a dit vouloir raconter « toute la vérité ». À en croire ses propos, les deux victimes étaient venues chez lui pour vendre l’âme de celui qui avait volé leur motocyclette. Ses deux clients auraient évanoui juste après avoir bu un thé « très fort » qu’il a préparé pour eux, une potion qui pourtant était sensée les préparer pour la grande cérémonie.

Après l’évanouissement des deux hommes, il se serait déplacé dans son bureau et durant cet instant, son hounsi Chéry aurait coupé leurs têtes, les a mises dans un sac pour ensuite enterrer les corps dans la cour du péristyle, dans un trou qui se trouvait déjà sur les lieux, mais destiné à un autre service. « Il (Chéry) a ensuite planté des bananes et des kakalou sur leurs fosses », dit Titi.

« J’étais étonné en découvrant cela », fait-il savoir, disant avoir connu l’une des victimes. Mais il n’a pas appelé la Police, pris de panique puisque l’affaire s’était vite ébruitée, il serait plutôt parti chercher des conseils auprès de ses amis pour savoir s’il devait se rendre aux autorités ou pas.

script async src="//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js">

 

Pour sa part, le hounsi Acko Chéry renvoie la balle dans les pieds de son supérieur, le houngan. « C’est Titi et un autre homme appelé Frantzou, qui ont coupé la tête des deux messieurs », dit-il, avouant avoir seulement participé à creuser les trous où ils ont enterré les corps décapités.

 

Charnel Pointdujour, un autre houngan impliqué dans le dossier et arrêté par la Police a aussi sa version de l’histoire. C’est chez lui que les têtes ont été mises en trou, dit-il. Il confie aux journalistes qu’il se plaignait auprès de son collègue Titi parce que les affaires ne marchaient plus comme il le voulait et qu’il avait besoin d’un remontant pour booster un peu les choses.

Titi lui aurait promis qu’il allait lui apporter quelque chose capable de rallumer un peu le feu. C’est là que sont arrivées les têtes, en pleine nuit, dans un sac qu’on avait enterré chez lui avec une bouteille qu’il a lui-même apportée. « Mais je ne savais pas qu’il s’agissait de têtes », souligne Pointdujour.

 

Les autorités policières ont déclaré, en marge de l’interview avec les présumés meurtriers, qu’il s’agissait en fait d’un gang opérant dans la zone, mais qui se faisait passer pour des houngan. Sans vouloir donner trop de détails, elles ont promis qu’elles allaient continuer l’enquête…

La population a joué un rôle important dans cette enquête qui a mené à l’arrestation de ces hommes et d’autres personnes impliquées dans l’affaire, selon le Directeur départemental du sud de la PNH, Mario Aubergiste.

Huit personnes sont maintenant sous les verrous. Plusieurs maisons ont été incendiées suite à la découverte des cadavres.

Laisser un commentaire