Un organisme dominicain défend les Haïtiens de Pedernales

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après le renforcement de soldats dominicains pour protéger les Haïtiens menacés à Pedernales, c’est le Bureau national des migrations et des réfugiés en République dominicaine (Menamird) qui devance les autorités haïtiennes. L’organisme de défense des droits humains a, dans une note, dénoncé « toute action violente » contre les Haïtiens.

Pour Menamird la situation qui se déroule à Pedernales prend publiquement une tournure xénophobe et religieuse contre les étrangers dans le pays, en particulier contre les Haïtiens. Il a en même temps fustigé les propos du prêtre, Alejandro Cabrera, aumônier de la police nationale, et du président du Conseil de l’unité dominicaine évangélique (Codue) Pastor Fidel Lorenzo, deux « représentants de Jésus-Christ » qui ont tenu un « discours anti-immigré raciste et xénophobe, contredisant la nature même de l’Évangile.  »

« Aucun groupe ou secteur n’a le droit de prendre se faire justice. Nous sommes d’avis que la police et les autorités judiciaires enquêtent sur l’incident et traduisent en justice les auteurs [du crime] », a déclaré Menamird dont les propos sont relayés par Listin Diario.

Le Bureau national des migrations et des réfugiés en République dominicaine (Menamird) a, par ailleurs, déploré la mort du couple Julio Reyes et Neyda Feliz, assassiné à Pedernales le 20 février dernier.  Il croit injuste que tous les Haïtiens paient les frais du crime puisque selon l’organisme, tous ne sont pas des « criminels illégaux » et qu’il y a aussi une migration qui est légale et qui travaille.

Le gouvernement haïtien n’a, jusqu’à présent, pas réagi face à cette situation qui menace les immigrants de l’autre côté de la frontière. Les Haïtiens, actuellement, retournent massivement vers leur pays craignant d’être victimes de ce groupe de dominicains qui compte tirer vengeance pour leurs compatriotes assassinés. Accusant les Haïtiens, ce groupe d’extrémistes a lancé un ultimatum de 24 heures aux Haïtiens pour qu’ils quittent la province.

Laisser un commentaire