Sur chaque 100g déposées dans les banques, 82 restent dans la zone mtp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plusieurs départements d’Haïti seraient sous la menace de l’insécurité financière a affirmé hier jeudi l’économiste Kesner Pharel en marge de la 8e édition du Sommet international de la Finance organisé par le Groupe Croissance le 13 et le 14 avril prochain à Port-au-prince.

Cet événement réunissant des experts nationaux et internationaux représente le cadre idéal pour agiter la réflexion sur les problématiques de la finance à un moment où les mesures économiques prises par le gouvernement haïtien sont sans cesse questionnées.

Nord’Est, Grand’Anse et les Nippes, sont les départements géographiques du pays situés dans la zone rouge. « Sur chaque 5 gourdes entrant dans le système bancaire, via leurs faibles capacités, ces départements déposent seulement 60 centimes », argumente Kesner Pharel.

Parallèlement, la situation demeure moins grave pour le Nord’Ouest, le Sud’Est et le Centre.

Ce climat d’instabilité financière, explique le fondateur du Groupe Croissance, résulte de l’absence des activités économiques dans ces régions.

En ce sens, le présentateur de l’émission télévisée « rendez-vous économique » attire l’attention sur les départements du Nord, de l’Ouest et de l’Artibonite représentant à eux trois 90% de l’épargne financier du système bancaire haïtien.

Aussi, pour chaque 100 gourdes entrées après la fermeture des banques, 82 restent dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, a précisé l’expert en finances.

script async src="//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js">

Parlant du graphique sur la situation financière d’Haïti, Kesner Pharel exhorte les autorités à prendre acte de l’existence de ces données.

« Ce tableau devrait être d’un intérêt certain pour les députés et sénateurs lors du vote de ratification du budget afin de voir là où existent les vrais problèmes et d’apporter les solutions ».

« Roro Pharel » clame que le thème central du sommet cette année est l’agriculture.

« J’aimerais que l’État haïtien procède à la mise en place des infrastructures pour faciliter les agriculteurs et créer du coup de meilleures conditions pour les investissements dans ce domaine ».

Kepsen MONESTIME

Laisser un commentaire