Cabaret: La PNH et la Mairie divisées après les attaques criminelles

  • 5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    5
    Partages

La mairesse assesseur de la commune de Cabaret, Vanide Féfé, accuse les autorités policières de la commune qui n’ont pas réagi à temps après les attaques menées au marché public lundi dernier. La passivité de la police de Cabaret réjouirait les bandits qui, d’après les déclarations de Féfé, ont déjà mené trois attentats contre la ville.

Une accusation que rejette le commissaire de la commune, Hérold Christophe, contacté par Loop Haïti. Selon l’autorité, son commissariat fait face à un manque de policiers qui n’arrive pas à sécuriser convenablement le territoire de l’Arcahaie.

« Nous n’avons que 5 brigadiers pour les 70 000 habitants », lance le commissaire. Hérold Christophe ne pense pas que ses compétences pourraient être mises en doute puisqu’il a fait ses preuves dans plusieurs départements.

Il fustige les déclarations de la mairesse qui selon lui a décidé d’épargner les vrais responsables de ce problèmes. « Il y a longtemps que je demande à la DDO de renforcer le corps policier dans la commune, particulièrement à Kazal », informe le commissaire Christophe.

Il affirme que s’il avait des policiers basés à Kazal, il aurait eu le temps de cerner les bandits après l’attaque. Actuellement, le commissariat de Cabaret dispose d’un seul véhicule de patrouille en de « très mauvais état ».

« L’attaque nous a surpris. Le véhicule d’opération était en mission à un autre endroit », nous a révélé un policier dont on ne citera pas le nom. Mais, pour le commissaire, le manque de véhicule ne serait pas un trop grand problème.

Lundi dernier, un groupe de bandits circulant à bord d’un pick-up de couleur blanche, non-immatriculé, ont ouvert le feu sur les commerçants au marché public de Cabaret. Deux personnes ont été tuées et une autre blessée au cours de cette attaque.

Les chauffeurs de taxis motos de la commune ont essayé de poursuivre le véhicule, mais les malfrats les ont dispersés en ouvrant le feu après eux. Comme indiqué, la police n’a eu ni le temps, ni les moyens d’intervenir.

Source:LoopHaiti.com