Les Etats généraux, un « gigantesque bluff » selon Frantz Large

  • 16
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    16
    Partages

L’ophtalmologue Frantz Large dit ne s’attendre à rien du comité de pilotage des Etats Généraux sectoriels de la nation. Pour lui, les démissions de trois (3) membres (Monsieur Emérite Louis Kébreau, l’historien Claude Moïse et l’ancien premier ministre Evans Paul) constituent la preuve que cette initiative est vouée à l’échec. D’ailleurs, le Docteur Large, lors d’une interview accordée à un média de la capitale, assimile cette démarche à un « gigantesque bluff ».

Il rappelle que des initiatives pratiquement similaires prises antérieurement n’ont pas donné de résultats. De son côté, le professeur Réginald Ferguson Guerrier estime que la population haïtienne se devait de féliciter les commissaires ayant abandonné le navire soulignant que les autres commissaires devaient emboiter le pas.

Il se dit toutefois favorable au dialogue national. Dans le même temps, les professeurs Gary Coquillo et Pierre Délima se plaignent des différentes démissions enregistrées au sein du comité de pilotage des Etats Généraux sectoriels de la nation. C’est pénible de constater que le dialogue ne puisse se tenir, déplore M. Coquillo qui dit craindre une lutte armée dans le pays.

Pour Pierre Délima, ces démissions traduisent l’état déplorable dans lequel se trouve la société haïtienne rappelant qu’Haïti a raté plusieurs occasions de réaliser les Etats Généraux.

Les Etat généraux s’accrochent à leur mission, dixit Jean-Claude Desgranges. Le vice-président du Comité de pilotage des États généraux sectoriels de la nation refuse de parler de démission. Il se dit convaincu qu’Evans Paul va revoir sa position.

Dr Jean-Claude Desgranges assure que le malentendu qui serait à la base de cette décision a été dissipé. Il promet, par ailleurs que les démissions enregistrées au sein du comité ne mettront pas en péril les états généraux.