Trump qualifie certains immigrants illégaux d’«animaux»

  • 12
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    12
    Partages

Le président américain Donald Trump a utilisé une rhétorique extraordinairement dure pour renouveler son appel à des lois plus strictes sur l’immigration, mercredi, appelant les sans-papiers « animaux » et fustigeant les fonctionnaires mexicains qui, selon lui, « ne font rien » pour aider les Etats-Unis.

Les commentaires de Trump ont été prononcés lors d’une table-ronde à la Maison Blanche sur les villes sanctuaires et les gangs, (au premier rang desquels le MS-13 dont il a dénoncé la cruauté), avec les dirigeants locaux de la Californie opposés aux politiques de «ville sanctuaire».

«Nous expulsons des gens du pays […] vous ne pourriez pas croire à quel point ces gens sont méchants», a-t-il déclaré lors de cette discussion sur les municipalités de Californie qui refusent de coopérer avec les services de l’immigration du gouvernement fédéral.

«Ce ne sont pas des hommes, ce sont des animaux», a-t-il ajouté. «Nous les expulsons de ce pays à un rythme jamais vu auparavant», a-t-il encore ajouté.

«La loi californienne offre un refuge à certains des délinquants les plus vicieux et les plus violents de la terre, tels que les membres du gang MS-13», a-t-il lancé, déplorant que «des hommes, des femmes et des enfants innocents» soient «à la merci de criminels sadiques».

Reprenant l’un de ses arguments favoris, le président américain a par ailleurs estimé que l’afflux d’immigrants illégaux résultait du fait que les États-Unis disposent «des lois sur l’immigration les plus stupides au monde».

Son commentaire sur les «animaux» est venu après que le shérif du comté de Fresno, Margaret Mims, se soit plaint que la loi de l’État lui interdisait de parler aux immigrés sans papiers de sa prison – même s`il soupçonnait qu’ils faisaient partie d’un gang.