Chili: Santiago va expulser 42 familles haïtiennes et péruviennes

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au moins 42 familles haïtiennes et péruviennes seront expulsées par la municipalité de Santiago d’un bâtiment qui les abritait. Une partie du Cienfuegos 237 où vivaient ces familles a été complètement ravagée par un incendie le 18 mai dernier.

Mais ces groupes d’immigrants ont quand même décidé de retourner vivre dans la baraque car ils n’avaient pas les moyens de se payer d’autres abris. La mairie de Santiago a émis un ordre de déguerpissement des lieux qui prendra fin ce mercredi 11 juillet à partir de 9 heures.

« Des gardes ont été chargés de sécuriser l’espace pour empêcher toute intrusion de ces immigrants de jour comme de nuit », a indiqué Barrio Yungay, un groupe d’appui chilien aux réfugiés et aux immigrés.

Remontés, les membres de l’organisation qualifient cette expulsion de « raciste, irrespectueuse, xénophobe et transgressive ». Selon eux, les responsables de la mairie n’ont pas respecté les normes requises dans le processus d’expulsion de ces familles.

Valeska Aguilar, une voisine de la propriété endommagée, qui a aidé les Haïtiens à trouver de nouveaux abris a aussi pointé la mairie. Selon elle, « Il y a encore 50% des familles dans le bâtiment, je les ai aidées à trouver de nouvelles pièces puisque la municipalité a seulement proposé de les placer dans des abris temporaires », a-t-elle déclaré au journal Publimetro.

Des propos que contredisent les responsables de la municipalité de Santiago qui ont affirmé avoir respecter le processus d’expulsion. « La municipalité n’a pas offert d’abris temporaires. Depuis le 18 mai, elle soutient les familles touchées par l’urgence en leur donnant des conseils et de l’aide sociale », a fait savoir Guillermo Soto, Directeur du Développement communautaire de Santiago.

Il conclut que plusieurs familles ont pu être placées dans de nouvelles maisons grâce aux actions de la mairie et que les dernières familles devront trouver de nouveaux abris dès demain.

Laisser un commentaire