Le RNDDH condamne les actes d’agression et d’assassinat à l’encontre des policiers

Il est » inconcevable que des individus s’en prennent ouvertement à des agents de la PNH, les blessent ou les tuent. Il s’agit là d’actes de barbarie alimentant la psychose de peur qui paralyse déjà le pays et le rend totalement ingouvernable », a indiqué le RNDDH dans un communiqué

Le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) condamne avec véhémence les actes d’agression et d’assassinat perpétrés, du 19 au 22 novembre 2018, à l’encontre des agents de la Police nationale d’Haïti (PNH).

En effet, au cours de cette période, au moins deux (2) agents de la PNH ont été blessés par balles alors que deux (2) autres ont été carbonisés. Il s’agit de :

 Jurond Durosier, Agent II de la 22ème promotion, affecté au Corps d’intervention pour le maintien de l’ordre (CIMO). Il a été carbonisé le 19 novembre 2018 au boulevard Jean Jacques Dessalines après avoir reçu une balle. Selon les informations recueillies auprès du service d’investigation du Commissariat de Port-au-Prince, le policier était à bord d’une motocyclette pilotée par un chauffeur de taxi-moto lorsqu’arrivé au boulevard
Jean Jacques Dessalines, il a été stoppé par un groupe d’individus. Il a été simplement assassiné.

 Johnny Jocelyn Charles, Agent II de la 22ème promotion. Il était cantonné au commissariat de police des Irois, dans le département de la Grand’Anse. Le 21 novembre 2018, il était à bord d’une motocyclette conduite par un chauffeur de taxi-moto et tentait de se rendre à Port-au-Prince. Arrivé à Savane Ouest, première section communale de Miragoâne, il a été stoppé par des individus. Ces derniers avaient dressé des barricades en travers de la route nationale # 2 et fouillaient les passants, extorquant ce qu’ils avaient en leur possession.

Le policier Johnny Jocelyn Charles a ouvert son sac. Alors que les individus qui l’encerclaient s’attendaient à le voir leur offrir quelque chose pour acheter son droit de passage, il a brandi son arme à feu. Il s’en est suivi une vive dispute au cours de laquelle Johnny Jocelyn CHARLES a fait feu et a atteint un de ses interlocuteurs. Ces derniers, en colère l’ont lapidé avant de le carboniser. Sa tête a été emportée par ses assassins.
 Jn Claude Joassaint et Henry Désamour, AGENT IV tous deux (2) affectés à la Brigade d’Intervention motorisée (BIM). Ils ont été blessés par balles le 22 novembre 2018 alors qu’ils se trouvaient à Delmas 40 B.

Le RNDDH rappelle à l’attention de tous que les droits à la vie, à la sécurité et à l’intégrité physique, universels et inaliénables, consacrés par les différents instruments régionaux et internationaux de protection des droits humains ainsi que la Constitution haïtienne en vigueur, sont attachés à toute personne, peu importe son statut.

Il est donc inconcevable que des individus s’en prennent ouvertement à des agents de la PNH, les blessent ou les tuent. Il s’agit là d’actes de barbarie alimentant la psychose de peur qui paralyse déjà le pays et le rend totalement ingouvernable.

Le RNDDH présente ses sympathies aux parents des policiers victimes ainsi qu’à toute l’institution policière en deuil. De plus, l’organisme de droits humains exige que l’action publique soit mise en mouvement à l’encontre de tous ceux qui sont impliqués dans ces cas d’agression physique et d’assassinat de policiers pour qu’ils soient traduits par devant les instances de jugement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!