Flash, Lapolis ap resi pran Arnel, Lapolis arete 2 chèf nan gang Arnel ki te touye ti gason 18 an


Education/Partenariat/Groupe de travail éducation non formelle
D’ici trois mois, le pays devrait disposer d’un document de politique en matière d’éducation non formelle. C’est du moins la mission qui est confiée à un Groupe de travail interinstitutionnel pour l’élaboration de cette politique.

Installé officiellement, ce jeudi 6 décembre 2018, par le ministre de l’Education nationale et de la Formation professionnelle, Pierre Josué Agénor CADET, ce Groupe de travail, composé de onze personnes, est constitué des représentants des ministères de l’Education nationale et de la Formation professionnelle (MENFP), des Affaires sociales et du Travail (MAS), de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR), de l’Office national du partenariat (ONAPE), du Bureau du secrétaire d’Etat à l’Alphabétisation, de l’Institut national de formation professionnelle (INFP), de l’Initiative pour le développement des jeunes (IDEJEN), du Fonds des nations unies pour l’enfance (UNICEF) et de l’Organisation des nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

La cérémonie s’est déroulée à l’Inspection générale du ministère en présence du secrétaire d’Etat à l’Alphabétisation, Emile Brutus, du représentant-résident de l’UNESCO en Haïti, Paul Gomis, du directeur général du MENFP, Meniol Jeune, de la directrice générale de l’INFP, Mme Maguy Durcé, du directeur général du Fonds national d’éducation (FNE), Joseph Frantz Nicolas, du directeur de cabinet, Jackson Pléteau, des Inspecteurs généraux, de directeurs techniques et de plusieurs hauts cadres du MENFP.

Institué par Décision ministérielle en date du 19 octobre 2018, signée du ministre CADET, ledit Groupe est chargé de l’élaboration de la Politique d’éducation non formelle et du suivi pour sa validation, en tenant compte des documents déjà disponibles au MENFP et des recommandations et propositions issues des échanges de l’Atelier de Decameron, suivant les dispositions de l’article 1 de cette Décision. Placé sous la responsabilité directe du titulaire du MENFP, le Groupe est coordonné et supervisé par le directeur général du MENFP.

L’ambassadeur Gomis a salué cette nouvelle initiative du MENFP qui représente, selon lui, un nouveau pas dans la bonne direction. Il se réjouit des actions structurantes entreprises sous l’administration du Ministre CADET avec la finalisation du Plan national de formation des personnels éducatifs et du Plan décennal d’éducation et de formation (PDEF).

M. Gomis qui arrive en fin de mission se dit satisfait des progrès accomplis dans le secteur de l’éducation, en dépit d’un contexte difficile. Il assure du soutien continu de l’UNESCO au MENFP.

Pour le ministre CADET, il s’agit d’une étape fondamentale dans le processus enclenché pour la réforme du secteur de l’éducation. En effet, indique le numéro UN du MENFP, « à l’heure où nous engageons sur la finalisation du Plan décennal d’éducation et de formation sur 10 ans, il est important pour nous de définir très clairement le cadre d’orientation et d’action de l’éducation non formelle qui représente un volet important de la vision d’une nation solidaire prenant en compte tous les fils et filles de la nation sans distinction aucune ».

Une action qui s’inscrit bien, selon lui, dans le cadre des objectifs de l’ODD4 au point 4.4 et et la Déclaration d’Incheon précisant au point 10 du préambule (…) qu’il importe de « mettre en place des parcours d’apprentissage flexibles, ainsi que la reconnaissance, la validation et l’accréditation des connaissances, aptitudes et compétences acquises dans le cadre de l’éducation formelle et informelle » et (…) de « faire en sorte que tous les jeunes et tous les adultes, en particulier les filles et les femmes, atteignent un niveau pertinent et reconnu de maitrise fonctionnelle de la lecture, de l’écriture et du calcul, et acquièrent des compétences nécessaires à la vie courante, et des possibilités d’éducation et de formation des adultes leur soient offertes ».

Profitant pour adresser ses remerciements à l’UNICEF, à l’UNESCO et à IDEJEN pour leur contribution à cette démarche, le ministre CADET dit compter sur l’implication forte de toutes les institutions qui ont mandaté leur représentant au sein dudit Groupe pour la bonne marche des travaux. Il se dit persuadé que le professionnalisme et les compétences de chaque membre du Groupe combleront les attentes du secteur au bout des trois mois de délai accordé pour accomplir la mission.

Il dit croire que la composition de ce Groupe rassemblant les principaux acteurs du secteur pour la réalisation de ce travail est un gage de succès de cette entreprise car, l’approche partenariale est à privilégier et est incontournable aujourd’hui pour atteindre nos objectifs en éducation.

Insistant sur l’enjeu de cette démarche qui est, selon lui, d’assurer l’avenir de plusieurs milliers de jeunes en redonnant espoir à des jeunes déscolarisés, des surâgés, de ceux en abandon et en dehors du système éducatif formel, le ministre CADET invite tout un chacun à s’engager dans ce combat pour le renouveau du secteur éducatif.

Notons que Jacques Yvon Pierre, coordonnateur au cabinet, Nadine Henry, Directrice de l’enseignement fondamental, et Claudin St-Jour, Assistant-directeur à la Direction de l’enseignement fondamental sont les représentants du MENFP au sein de ce Groupe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!