Chèf gang K.R.A.C.H.E D.I.F.E akonpanye ak lapolis ki libere Fednel Monchery nan komisarya jodi a

By | February 14, 2021

La SHADA fait donc partie de l’héritage politique laissé par Vincent à Lescot. Mais celui-ci ne s’imaginait pas que c’était un fardeau qu’il avait à porter durant son mandat  présidentiel. Il croyait plutôt qu’il s’agissait d’une aubaine dont il allait profiter pour se perpétuer au pouvoir. Dans tout le pays, nombreuses sont les petites et moyennes exploitations rurales défaillantes qui furent alors rachetées par la SHADA qui en ordonna l’arrachage des cultures vivrières pour faire place nette à l’hévéa, le crypstostégia (voir Marcel B. Auguste, loc.cit.page 307à309 et 376 à 402). Selon Gerald Brisson en 1943 la SHADA s’étendait sur quelque 140 000 ha de terres dont 58 400 consacrés à l’hévéa- culture 75 000 couverts par la foret des pins et 7 500 par le sisal (Plantation Dauphin) ce qui faisait plus de 21,55% des terres  cultivées en Haïti (Fondement  Économique de la situation révolutionnaire 1945-1946 en Haïti).

Et 80 ans plus tard, André Apaid bénéfice de cette même largesse de l’Etat haitien disposant à son gré en tout ou en partie des parcelles du territoire national et c’est BSAP qui se charge de leur surveillance. Jovenel Moise ne travaille paset n’a jamais travaillé dans l’intérêt du peuple haitien. Louvri je nou !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *