Copies à CNN, NY Times, NAACP : « Un despote dans les Caraïbes », un avocat haitiano-américain attire l’attention du Secrétaire d’Etat Antony Blinken

By | February 18, 2021

« Jovenel Moise a su garder le pouvoir parce qu’il était un raté et un laquais pour l’administration précédente », écrit Junior Mentor, du Barreau de la Floride dans une correspondance adressée (en français) au Secrétaire d’Etat américain, M. Antony Blinken. Plusieurs copies de cette correspondance ont été également envoyées aux personnages et institutions suivants :

Michele Sison, US Ambassador to Haiti|E-mail: [email protected]
Michael Kozak, Acting Assistant Secretary|E-mail: [email protected]
The Washington Post|E-mail: [email protected]
Huffington Post|E-mail:[email protected]
The New York Times|E-mail: [email protected]
CNN|E-mail: [email protected]
Miami Herald|E-mail: [email protected]
Sénateur Mark Rubio|E-mail: [email protected]

Jovenel Moise, comme de nombreux tyrans à travers le monde, a refusé de quitter la fonction de président à l’expiration de son mandat en raison de la piste du vol, de la corruption et de la criminalité dont il devra inévitablement rendre compte devant le droit national et international […] M. Moise n’est pas un ancien président digne de respect, mais un petit gangster criminel. C’est comme si le chef du CRIPS ou le gang BLOODS devenait président des États-Unis.

« JOVENEL MOISE, UN TYRAN VICIEUX, UNE TUMEUR CANCÉREUSE »

Mercredi 17 février 2021

U.S. Department of State
2201 C St NW
Washington, DC 20520

Son Excellence Antony Blinken,Monsieur le Secrétaire d’État, nous saluons votre nomination à la tête de la diplomatie de ce grand pays. Nous sommes un avocat d’origine haïtienne et un citoyen des États-Unis. Nous vivons dans ce beau pays depuis vingt-deux ans. Monsieur le Secrétaire d’État, lorsque nous sommes devenus citoyens américains, nous avons renoncé à notre allégeance à notre ancien pays, mais notre amour pour notre patrie est resté.

En ce moment, Haïti vit une calamité politique, dans laquelle un nom criminel présumé Jovenel Moise, inculpé pour crimes financiers, est devenu le président d’Haïti par le biais d’élections frauduleuses, et a refusé de quitter ses fonctions à la fin de son mandat constitutionnel. M. Moise est maintenant en rébellion contre tous les secteurs représentatifs de la société : l’Église, les associations professionnelles, les organisations de défense des droits de l’homme, les organisations étudiantes, pour ne citer que ceux-ci. Les plus hautes branches de la magistrature haïtienne ont même décrété que le mandat présidentiel de M. Moise a pris fin le 7 février 2021, en vain. M. Moise a même ordonné l’arrestation d’un juge de la Cour suprême, Mr. Ivikel Dabrésil. M. Moise n’a pratiquement aucun soutien populaire en Haïti, et la seule raison pour laquelle il a été en mesure de garder son emprise sur le pouvoir, c’est qu’il était un raté et un laquais pour l’administration précédente.

Jovenel Moise, comme de nombreux tyrans à travers le monde, a refusé de quitter la fonction de président à l’expiration de son mandat en raison de la piste du vol, de la corruption et de la criminalité dont il devra inévitablement rendre compte devant le droit national et internationalLes États-Unis ne peuvent élever ce tueur dans le rôle dépassé du seul despote dans les Caraïbes. Dans un souci de brièveté, voici quelques faits sur le règne de terreur de Jovenel Moise, ses attaques répétées contre la démocratie, son penchant pour la gouvernance tyrannique, et la criminalité caractérisée:

1)M. Moise n’a pas réussi à organiser des élections parlementaires et locales par dessein, espérant gouverner sans aucun contrôle sur son pouvoir. Les institutions démocratiques sont inopérantes en Haïti, et M. Moise est le dictateur de facto de ce pays.

2)M. Moise, qui a été inculpé de crimes financiers, a paralysé la justice haïtienne pour prévenir toute action judiciaire contre lui-même, sa femme et ses acolytes.

3)Selon les organisations de défense des droits de l’homme, M. Moise l’auteur intellectuel de nombreux massacres en Haïti, y compris ceux de Lasaline et Bel-Air, où plus d’une centaine de citoyens sont morts au cours des deux dernières années.

4)M. Moise et son gouvernement sont impliqués dans le trafic d’armes et ont délibérément distribué des armes et des munitions aux gangs criminels d’Haïti. Sous le parrainage de son gouvernement, neuf gangs lourdement armés, totalisant des centaines de « soldats », se sont fédérés dans une organisation criminelle appelée G-9 pour renforcer son gouvernement criminel. Ces bandes criminelles intimident les opposants politiques, violent sauvagement des femmes, volent, torturent et enlèvent des citoyens pacifiques contre rançon au nom du gouvernement. À toutes fins utiles, M. Moise n’est pas un ancien président digne de respect, mais un petit gangster criminelC’est comme si le chef du CRIPS ou le gang BLOODS devenait président des États-Unis.

5)M. Moise et ses acolytes ont détourné ou volé des milliards de dollars des fonds Petrocaribe que le peuple haïtien devra rembourser. Ils ont également détourné ou volé la plupart des 1,50 $ extorqués à ceux qui effectuent des transferts d’argent en Haïti.

6)Aujourd’hui, plus de 300 prisonniers politiques croupissent dans les geôles de son régime dictatorial en violation de la Constitution et des lois.

7)M. Moise et ses acolytes ont concocté un complot cynique visant à modifier unilatéralement la Constitution pour se pardonner, lui-même et pardonner ses sbires, pour des crimes d’État, des crimes politiques et financiers, par le biais d’une amnistie préventive.

8)M. Moise et sa femme sont accusés de façon crédible d’avoir parrainé la mort sanglante du chef du barreau de Port-au-Prince, M. Monferrier Dorval, le plus haut barreau du pays.M. Dorval est mort parce qu’il s’est dressé sur le chemin du projet dérangé de M.Moise en vue de créer à lui seul une nouvelle constitution sur mesure pour l’absoudre de ses crimes.

9)Nous avons appris avec une consternation juste qu’un employé du département d’État, probablement sans le soutien officiel du département d’État, a appelé à des élections libres et équitables en Haïti pour le plus grand plaisir de ce dictateur hystérique, kleptomane, brutal qui se délecte d’une bacchanale de sang.

Nous devons rappeler à Votre Excellence que nous ne parlons pas au nom de l’opposition haïtienne ;cependant, nous parlons au nom du peuple haïtien et des couches propres de la société civile qui appellent au respect et à l’application de la Constitution qui a mis fin au mandat présidentiel de ce président autoritaire le 7 février 2021.

Si les États-Unis ne font rien, ce tyran vicieux et ses sbires préparent des élections fictives pour échapper à la justice. En outre, il est possible que ce dictateur sauvage déclenche des massacres à la rwandaise en Haïti en utilisant les gangs criminels qu’il a créés comme un moyen d’effrayer la population dans la soumission. Si les États-Unis n’aident pas le peuple haïtien à retirer cette tumeur cancéreuse du corps politique de la région des Caraïbesil y aura une migration à grande échelle des réfugiés haïtiens fuyant le régime dictatorial de M. Moise à venir sur les côtes de MiamiLes États-Unis doivent utiliser leur voix morale et condamner sans ambiguïté cet anachronisme : un autre régime dictatorial dans les Caraïbes.

Les États-Unis devraient également utiliser tous les outils juridiques pour traduire en justice tous les accusés de crimes financiers, en particulier le blanchiment d’argent et le trafic de drogue en Haïti au cours des dix dernières années. Les États-Unis doivent également travailler avec les Nations Unies et transférer le dossier de M. Moise à la Cour pénale internationale pour enquête et poursuites possibles pour crimes contre l’humanité, et ainsi de suite.En conclusion, Monsieur le Secrétaire d’État, le peuple haïtien demande la destitution de l’ancien président Jovenel Moise du pouvoir. La voix morale tonitruante des États-Unis doit être entendue à ce moment critique de la vie de la première république noire de l’hémisphère occidental et la seule révolution d’esclave réussie dans l’histoire du monde.

Que Dieu bénisse les États-Unis d’Amérique et son président! que Dieu bénisse le secrétaire d’État des États-Unis! Vive un Haïti libre, prospère et démocratique!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *