Dimanche soir, couvre-feu aux Gonaives et Carnaval-Coronavirus à Jacmel, impose le président de facto Jovenel Moise

By | February 8, 2021

La chronique d’un massacre annoncé ! De nouvelles pages d’Histoire d’Haïti s’écrivent ce 7 février 2021.

Mask sou mask nan figi yo, Jovenel ak Martine, ki voye plis pase 7 milyon dola vèt al sere Sen Domeng, pral danse kanaval Jacmel aswè-a, tèlman tout bagay ap byen mache nan yon’n nan peyi ki pi pòv sou la tè ak pi kowonpi nan rejyon an, alòs ke tout lòt peyi ki gen dirijan ap travay sou ki fason pou yo rive jwenn yon kantite vaksen pou rive vaksinen yon bon kantite popilasyon yo kont maladi kowonaviris la.

Dimanche 7 février 2021 ((rezonodwes ))–Le président de facto Jovenel Moise pèse fort sur l’accélérateur de la répression en Haïti, en dépit de la ferme position exprimée par le CSPJ constatant la fin de son mandat constitutionnel, en vertu de l’article 134-2 de la Constitution.

Tôt dimanche matin, l’ex-président constitutionnel d’Haïti, comme dans un Banana Republic, a déclaré prendre la direction du Sud-Est pour participer dimanche soir au « Carnaval traditionnel de Jacmel », alors que les cas de personnes infectées par le coronavirus continuent d’augmenter.

« Mwen pral Jakmel, mwen pral ouvè kanaval Jakmel la« , a annoncé sans aucun gêne le président de facto Jovenel Moie, alors que le Carnaval 2021 est partout annulé à travers le monde, notamment à Rio de Janeiro, au Brésil où cette festivité rapportait dans le passé des millions de dollars à la municipalité de cette ville.

D’autre part, dans la Cité de l’Indépendance où des tirs d’armes nourris ont fait écho toute la nuit, un communiqué signé du Délégué départemental de l’Artibonite, Jean Osner Amisial, a fait état de l’imposition d’un couvre-feu samedi et dimanche soir, sans citer un seul article de la Constitution qui lui a donné cette autorité.

« Kouvre fe dimanch 7 fevrye soti nan 8 tè nan aswè pou rivé 6 zè nan maten lendi 8 fevriye epi lap kontinye nan menm lè a lendi jiskaske Otorite yo level sou tout Depatman Latibonit la« , a écrit Amisial sans préciser les raisons qui lui ont porté à prendre cette décision qualifiée « d’arbitraire » par des militants Raboteau. A signaler que ceux-ci ont fait peu de cas de cette note la nuit dernière.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *