Èske nèg opozisyon yo te wonfle jij Mécène Jean-Louis ak chaplèt, ki fè anba jel anfle? Men verite a

By | February 13, 2021

A mon humble avis, outre une révolte populaire à la Dessalinienne, vous êtes le seul Monsieur le président à avoir le pouvoir de freiner les velléités dictatoriales de l’inculpé Jovenel Moïse. Vous taire Monsieur Biden, c’est vous rendre complice des exactions des plus graves des droits du peuple haitien. Au vue et su de tous, mes compatriotes hurlent leur douleur et votre administration encourage leur bourreau, en la personne de l’inculpé Jovenel Moïse, à appuyer davantage son genou sur leur cou.  En digne héritier de mes aïeux, je prends le risque d’exprimer  librement mes sentiments à votre égard et à l’égard de l’international. Monsieur le président, la maison d’Haïti brûle, vous ne pouvez vous payer le luxe de regarder ailleurs, au risque de voir sur vos côtes, des milliers de mes compatriotes fuyant les atrocités de l’inculpé Jovenel Moïse. 


En effet Monsieur le président, à l’image de millions de citoyens du monde, je suis de ceux, ayant naïvement nourri moult espoirs dans votre élection à la tête de l’exécutif de votre pays. Une attente évidente vu l’influence des États-Unis d’Amerique sur la vie politique de notre pays. A l’inculpé Jovenel Moïse de tuer, d’assassiner, de violer les principes les plus élémentaires du droit positif haitien et à votre gouvernement et à l’international de garder un silence aussi assourdissant que répugnant. 

Estampillé démocrate Monsieur le président, « ami des noirs »‘ nous dit-on, l’homme politique le plus aguerri et le plus  expérimenté des États-Unis, raconte-on ça et là, il est de votre devoir de venir en aide au peuple opprimé d’Haïti, à moins qu’il en aille ainsi d’une farouche volonté, de maintenir le chaos en Haiti et ce, dans l’unique objectif de mieux servir vos intérêts impérialistes et mesquins.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *