Haïti sanctionné par les Bahamas pour avoir organisé le Carnaval en pleine pandémie

By | February 16, 2021

Jovenel Moise, couronné roi du Kanaval Kowona, brille de mille éclats et passe aux yeux du gouvernement des Bahamas, pour le dirigeant le plus irresponsable de la région des Caraïbes.

En 2020, des bateaux avec à bord des centaines de concitoyens de Jovenel Moise ont échoué sur les rives des Bahamas, un exemple concret que le cœur ne devrait plus être à la fête dans ce pauvre pays condamné à l’assistanat depuis la dilapidation des $4.5 milliards de Petro Caribe par les régimes Préval-Bellrive ; Martelly-Lamothe/Evans Paul ; Privert/Enex et Jovenel Moise-Lafontant avec les trois dernières cargaisons non documentées dans la comptabilité nationale.

Nassau, lundi 15 février 2021 ((rezonodwes.))–« Le gouvernement des Bahamas a frappé d’interdiction tous les vols commerciaux et les navires en provenance d’Haïti à partir de ce lundi« , a déclaré le gouvernement, par mesure de précaution, afin de prévenir le risque de cas de coronavirus importés d’Haïti, maintenant que « le pays est entré dans sa saison de carnaval ».

L’embargo sur tous les voyages en provenance d’Haïti a été annoncé dans le dernier amendement aux ordonnances de pouvoirs d’urgence COVID-19 publié le week-end dernier, a précisé le quotidien The Tribune.

Selon l’ordonnance, a appris Rezo Nòdwès, l’interdiction sera appliquée pendant une période de 21 jours.

Le texte stipule: «L’entrée aux Bahamas de tout navire ou personne qui a quitté Haïti, que ce soit par des voies de transport directes ou en transitant par une autre juridiction, et en arrivant par voie aérienne ou maritime est interdite pendant une période de 21 jours à compter de à 12 h 01 le lundi. »

Le ministre des Affaires étrangères, Darren Henfield, a, de son côté, indiqué que « la décision avait été prise en réponse aux préoccupations concernant les activités du carnaval d’Haïti, qui sont considérées comme des événements de grande envergure« .

Le carnaval d’Haïti, qui a débuté dimanche, est l’un des plus grands événements culturels du pays chaque année. Il a été annulé l’année dernière après que plusieurs manifestations violentes aient perturbé le premier jour des festivités prévues.

Cependant, les événements de cette année se tiennent à Port-de-Paix malgré les troubles politiques en cours et les inquiétudes liées au COVID-19.

«La raison de l’interdiction ou de ce que nous appelons l’embargo sur les vols entre Bahamas et Haïti en ce moment, c’est parce qu’Haïti est entré dans sa saison de carnaval aujourd’hui ou demain et je pense que cela dure quelques semaines et nous étions préoccupés par l’atténuation du potentiel propagation bien sûr avec COVID », a déclaré dimanche M. Henfield.

«Vous savez, aux Bahamas, nous n’avons pas fait notre saison de Junkanoo comme nous le faisons normalement. Trinidad n’a pas fait son carnaval comme elle le fait normalement et nous sommes donc prudents ici. Ce n’est qu’une mesure de précaution prise par le gouvernement pour éviter toute activité potentiellement indésirable après« .

L’annonce pourrait amener certains observateurs à remettre en question la justification du gouvernement pour mettre en œuvre une interdiction de voyager uniquement contre Haïti et non contre d’autres pays, en particulier là où les cas de COVID-19 sont en augmentation et que d’autres variantes plus infectieuses se répandraient également.

Interrogé à ce sujet hier, le député de North Abaco a répondu: «Ma réponse serait très simple. Nous pensons que les atmosphères de carnaval peuvent constituer une propagation potentielle du virus. Ma réponse serait également que si aux Bahamas, nous n’avions pas fait notre saison bien-aimée de Junkanoo. Trinidad n’a pas fait sa saison de carnaval bien-aimée en raison des risques potentiels associés à la pandémie à laquelle nous sommes confrontés actuellement« .

«Nos responsables de la santé continuent de surveiller la propagation du COVID et des variantes de ces différents pays et les experts techniques passent l’appel et le gouvernement écoute et nous réagissons en conséquence.»

Dans l’état actuel des choses, le ministre a déclaré qu’il n’y avait actuellement aucun plan pour empêcher les vols ou les navires d’entrer aux Bahamas en provenance d’autres pays.

On ne sait pas combien de Bahamiens en Haïti ont été touchés par la dernière restriction de voyage, M. Henfield disant à The Tribune que les personnes touchées seront assistées par des fonctionnaires si nécessaire.

En mars 2020, les frontières du pays ont été fermées à tous les voyageurs entrants, y compris les citoyens des Bahamas, dans le but d’empêcher la propagation du COVID.

Les voyages commerciaux internationaux ont repris le 1er juillet, mais une interdiction de voyager a ensuite été réimposée sur tous les vols et navires internationaux à l’exception de ceux en provenance de quelques pays, après que le pays a connu une flambée de nouveaux cas. Les restrictions de voyage ont été levées plus tard l’année dernière.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *